« L’Espagne, passion française » : impressions d’un lecteur.

Par une sélection pertinente des thèmes abordés et des documents présentés sous une forme soignée, Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler signent avec « L’Espagne, passion française » un ouvrage pédagogique, agréable et efficace. Une réussite.

Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler ne sont plus à présenter dans le cercle des mémorialistes. Les curriculum vitae de ces deux universitaires sont si riches que leurs signatures sont des gages de qualité. M.E.R. 47 s’enorgueillit de les compter parmi ses compagnes de route, Geneviève Dreyfus-Armand ayant notamment contribué aux deux colloques de Nérac coorganisés par notre association, et Odette Martinez-Maler étant venue à Villeneuve sur Lot le 8 mars 2015 nous présenter, à l’occasion de la journée des femmes, l’un de ses films. La profondeur de leurs réseaux forgés dans la confiance qu’elles inspirent, leur a permis de recueillir des documents issus d’archives personnelles. Elles ont conjugué la précision de leurs plumes, la finesse de leurs analyses et leurs connaissances pédagogiques, au service de la mémoire des républicains espagnols.

L'Espagne passion française
L’Espagne passion française

Leur ouvrage n’est ni un livre d’histoire traditionnel, ni un essai. Toutefois il restitue l’enchaînement d’événements qui contribuent à donner leur sens aux engagements des acteurs de l’histoire et permet au lecteur d’en nourrir son analyse. Ce n’est pas un livre savant. Il ne prétend pas à l’exhaustivité, certainement impossible à atteindre. Cependant il exhume de l’ombre des documents inédits. « L’Espagne, passion française » conduit sans effort tant sa lecture est agréable, avec une déconcertante sérénité puisée dans la nuance et le refus de l’outrance réductrice, et une infinie tendresse pour les acteurs de l’histoire républicaine mais sans complaisance, à la réflexion par le biais de l’émotion. Les auteures font la démonstration que leur ouvrage est plus apte à dépasser les souffrances qu’il rappelle, qu’une vaine et indécente admonestation à les oublier.

Par la publication de documents de natures différentes, parfois publics, souvent intimes, regroupés par thèmes accompagnés d’un résumé du contexte historique, contenant de brefs articles eux-mêmes présentés par des chapeaux synthétiques, cet ouvrage rappelle dans sa facture les manuels d’histoire de nos lycéens. Il en emprunte les meilleures techniques pédagogiques.

Gageons que les thèmes abordés raviront les membres de M.E.R. 47, puisqu’ils s’inscrivent dans le cœur de l’objet de notre association : l’histoire des républicains espagnols dans l’histoire de France (et singulièrement parfois, du Lot-et-Garonne : est ainsi reproduit, en page 84, l’extrait d’une liste des enfants recueillis dans la colonie de Laparade ;  y figure par ailleurs le témoignage du père de l’un de nos adhérents – page 128).

Je n’omettrai pas le plaisir narcissique que nous offrent les auteures, avec l’expression de leurs remerciements adressés, entre autres associations mémorielles, à M.E.R. 47 en la personne de son président, ainsi, qu’à « notre » vétéran et président d’honneur, Luis Casarès, à qui elles ont rendu son prénom originel, Isaac (page 253).

Le dialogue permanent entretenu par les auteures de cet ouvrage entre la « grande » et la « petite » histoire donne chair au récit des événements. Par petites touches, Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler nous font entrer dans l’histoire. C’est beau comme un tableau impressionniste.

« L’Espagne, passion française. 1936-1975 Guerres, exils, solidarités« . De Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler, aux éditions Les Arènes, 35 euros.

Laisser un commentaire