Rencontre Interassociative des 6 et 7 octobre 2012

UNE RENCONTRE POUR LA MEMOIRE ET LA LUTTE

Une vingtaine d’associations françaises et espagnoles de la Mémoire Historique se sont rencontrées les 6 et 7 octobre 2012 derniers à Oloron Sainte Marie à l’invitation de l’association Terres de Mémoires et de Luttes.

                                   

Un tour de table a d’abord permis de faire le bilan des activités développées des deux côtés de la frontière.

 En Espagne, une grande part de l’action des associations est tournée vers la reconnaissance et la réparation morale pour les personnes fusillées par le régime franquiste ou victimes de représailles, l’ouverture des fosses, la suppression des symboles franquistes, l’apposition de plaques mémorielles ou la construction de monolithes rendant hommage à la République et à ses combattants.

 Elle se heurte aujourd’hui à des difficultés nouvelles liées à la politique menée par les néo-franquistes du Parti Populaire.

 Ce dernier a en effet réduit en 2012 de 60 % les subventions allouées aux associations mémorielles pour localiser les fosses communes et les a totalement supprimées pour le budget 2013.

 La « oficina de victimas de la guerra civil y la dictadura » a été purement et simplement dissoute.

 La discipline « éducation pour la citoyenneté » qui permettait d’aborder les thèmes des libertés et de la dictature a été retirée des programmes éducatifs.

 Contre cette offensive des forces néo-franquistes, qui s’appuie sur le caractère timoré des mesures qui avaient été prises par le gouvernement précédent, l’ensemble des participants à la rencontre ont décidé d’agir notamment en internationalisant la lutte pour l’ouverture des fosses dans lesquelles ont été enfouis non seulement des républicains espagnols mais aussi des combattants pour la liberté de toutes nationalités issus notamment des brigades internationales.

 Un Manifeste en défense de la Mémoire Historique Républicaine sera soumis à la signature des associations mémorielles mais aussi des institutions élues de France et d’Espagne.

 La ville de Toulouse, représentée à la rencontre, a émis un avis favorable à cet appel aux côtés du Conseil Régional d’Aquitaine et du Conseil Général des Pyrénées Atlantiques qui avaient déjà soutenu dans le passé des initiatives du même type.

 La rencontre a permis également, d’aborder les actions à mener en milieu scolaire.

 Ainsi des échanges scolaires existent déjà entre le département des Pyrénées Atlantiques et la région autonome d’Aragon.

Des actions de sensibilisation à un public plus large se développent autour des « Routes de la Mémoire », lieux de mémoire et camps de concentration comme Gurs.

 Les participants ont convenu de mettre en place une structure de coordination entre leurs associations et de se revoir régulièrement.

Une rencontre très positive et conviviale dont les participants se sont séparés avec la volonté de développer plus que jamais la lutte pour la vérité, la justice et la réparation effective des crimes franquistes.

 

Laisser un commentaire