CHEMIN DE LA MEMOIRE DES REPUBLICAINS ESPAGNOLS EXILES EN LOT-ET-GARONNE

Le chemin recense tous les lieux identifiés et marqués par la pose de plaques ou de stèles, grâce d'abord à AMORRE 47 puis à 47. Le but est de porter à la connaissance du plus grand nombre la cruelle histoire des en en 1939. Chassés de leurs foyers par la dictature de Franco, ils doivent aussitôt affronter les alliés des et pour un certain nombre d'entre eux, poursuivre le combat contre le , aux côtés des Résistants français et de toutes les nationalités. Depuis la poudrerie de Sainte-livrade-sur-Lot jusqu'aux poches de l'Atlantique, ils ont répondu présent en apportant leur expérience de la armée acquise au cours de la Guerre d'Espagne. Ils ont été de toutes les batailles, dans la MOI, les FTPF ou l'AS. Paul Limouzi, du maquis « Soleil », rappelait que le sort de son groupe eut été différent si une colonne allemande, venue les déloger, n'avait été arrêtée par le savoir-faire des guérilleros espagnols. Il rappelait, aussi, que la sécurité des groupes de son maquis était généralement confiée aux Espagnols et que ces derniers participaient à la formation des jeunes recrues.