« Paz y José, une histoire espagnole » à l’AG 2020 de MER47

« Paz y José,  »

L’assemblée générale de accueillait le 2 février dernier Gérard , député-maire honoraire de Marmande, et sa belle-sœur Maria Teresa GONZALEZ PERROT pour une présentation du livre qu’ils ont écrit à deux mains aux éditions Baudelaire-Hachette : « Paz y José, une histoire espagnole ».

“Paz y Jose, une histoire espagnole” – Conférence de Maria Teresa GONZALEZ PERROT et de Gérard GOUZES – 2 Février 2020 AG MER47 – MVA Villeneuve-sur-Lot

« Paz y José, les mémoires qui vivent »

Un livre qui est d’abord l’histoire de José, ouvrier asturien engagé dans le mouvement libertaire. Il est emprisonné en à la suite de la . A partir de juillet 1936, il s’engage pour la victime d’un coup d’état perpétré par les généraux félons. Lieutenant dans l’armée républicaine. Il est fait prisonnier en juillet 1938. Incarcéré au fort de San Cristobal, prés de Pampelune, il parvient à s’en évader avec l’aide d’un prêtre. Recueilli par une famille de bergers, il rejoint finalement la France pour être successivement interné aux camps de et Agde après une évasion du premier .

Un livre qui est aussi l’histoire de Paz, l’épouse de José. Accompagnée de Teresa, sa mère, et de Maria Teresa, sa fille âgée d’à peine un an, elles sont prises dans la foule des réfugiés de la «  » à Bourg-Madame. Leur périple passe par les camps de concentration d’Argelés-sur-Mer, de Saint-Cyprien et de Rennes où Teresa meurt d’épuisement.

C’est enfin l’histoire de José, Paz et Maria Teresa réunis à l’automne 40 au camp d’Arandon près de Grenoble. Ils espèrent rejoindre le Mexique mais leur départ avorte dans le port de Sète : leur bateau est coulé par les Allemands. José est alors affecté à la de Sainte-Livrade. Leur vie à Villeneuve-sur-Lot est celle de la communauté espagnole. José s’engage à la CNT. Pour Maria Teresa, c’est la scolarité et l’intégration dans son nouveau pays. A 16 ans, en compagnie de sa sœur Jeanine, elle effectue un voyage vers le pays natal de ses parents, les , encore sous le joug franquiste. Peu après, sous couvert d’un passeport argentin, suit celui de José et Paz.

L’auditoire, captivé, a suivi ces chemins d’exil et de lutte. Les interventions nombreuses du public ont exprimé une mémoire commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.