Un moteur de recherche au service des familles de victimes du franquisme

Le moteur de recherche le plus complet des victimes du qui dépasse le demi-million de jugements des Conseils de Guerre répertoriés et 1,3 million de dossiers

“On s'est rendu compte que si quelqu'un voulait reconstituer son passé généalogique et connaître son histoire, il était très difficile d'accéder aux informations si un proche était pendant la ou la dictature.” C'est ainsi que s'exprime Concha Catalan, journaliste spécialiste en bases de données et co-fondatrice de Innovation and Human Rights (IHR), lorsqu'elle évoque le moteur de recherche créé par cette organisation qui fête ses cinq ans de vie en décembre. Il existe actuellement plus d'un demi-million de conseils de guerre répertoriés, en plus de milliers et de milliers de documents qui jusqu'à présent ont été agrégés dans différentes , ouvrages bibliographiques et études universitaires.

Publico.es est à l'origine des informations publiées dans cet article.

Recherche grâce à l'identité de la victime

Tutoriel d'aide à la recherche

Traduction du tutoriel fourni par le moteur de recherche.

Le fonctionnement du moteur de recherche est simple, mais nous allons passer en revue ses fonctionnalités pour en tirer le meilleur parti. Commenez par remplir le formulaire sur la page https://buscar.combatientes.es, en saisissant dans chacun des trois champs le prénom, le premier nom et le deuxième nom. 

Vous pouvez laisser des champs vides, soit parce que vous ne connaissez pas le nom complet, soit parce que vous voulez élargir la recherche. Le moteur de recherche n'est pas sensible à la casse (MAJUSCULE/minuscule), interprète ñ comme n et supprime les accents, vous pouvez répéter la même recherche en modifiant ces caractères, le résultat devrait être le même.

Cliquez sur Buscar. Les résultats apparaîtront en quelques secondes. Voyons l'exemple de la recherche de « Andrés Grau Maestre » : 

Image 1 : Lancer la recherche

Image 2 : page de résultats.

 Tout d'abord, si on regarde la barre d'adresse (1), on voit qu'elle a changé, ajoutant à la fin de l'adresse “résultats/andres/grau/maestre”. Cette adresse nous permet de partager ce même résultat avec n'importe qui, ou de l'enregistrer dans un document pour un accès ultérieur. Il nous permet également de faire des recherches instantanées en tapant simplement dans la barre du navigateur https://buscar.combatientes.es/resultados/X/Y/Z (en remplaçant X, Y et Z par le prénom, nom1 et nom2, respectivement).

Dans le corps de la page, nous voyons 3 colonnes. La colonne centrale (2) montre tous les résultats avec le même nom complet tel qu'ils apparaissent dans la base de données associée à la page Web. Les colonnes latérales (3 et 4) fournissent des résultats similaires à nos termes de recherche.

Enfin, nous avons la possibilité d'effectuer une nouvelle recherche à l'aide du formulaire en haut à droite (5).

Voyons un peu plus en détail comment fonctionnent les résultats (2) et les suggestions (colonnes 3 et 4).

  • Colonne centrale : Résultats

Si nous avons obtenu des résultats dans notre recherche, la colonne centrale contiendra un ou plusieurs blocs qui représentent chacun des documents associés à la personne que nous recherchons.

L'en-tête de chaque bloc contient des informations concernant l'origine du document, la signature, toute information supplémentaire disponible et un lien qui nous redirige soit vers la source du document, soit vers une description sur la façon de demander une copie. 

Image 3 : Accéder aux résultats

 Chaque bloc contiendra le nom de la personne à laquelle le document en question est associé. Dans le cas où plusieurs noms apparaissent, c'est parce que le document est commun à tous (il peut s'agir d'un procès multiple, d'un charnier ou d'une liste où tous ces noms apparaissent ensemble). Par exemple, la recherche d'Antonio Carretero renvoie les résultats suivants :

Image 4 : Regroupement des résultats

 En plus de 3 dossiers du Centre documentaire de la Mémoire Historique, nous voyons que cette personne a été jugée avec Cipriano Pascual Mirón, Francisco Recio Mejías et un certain « Tirgo » par le premier tribunal militaire de Madrid, Résumé 2135, Dossier 4797. Il y a aussi deux mentions dans la cause générale, d'une part Manuel Rodríguez, quelqu'un du nom de Nubota, et d'autre part un certain Trigo (probablement le même qui apparaît comme « Tirgo » dans le procès). 

  • Colonne de droite : autres résultats

Cette colonne peut contenir plusieurs résultats avec des noms légèrement différents répertoriés dans la base de données. En d'autres termes, quel que soit le nom que nous voyons dans cette colonne, au moins un document lui est associé. Tous les résultats que notre recherche ont en commun y apparaîtront.

Image 5 : Colonne de droite – Autres résultats

Dans notre exemple, nous pouvons observer plusieurs résultats intéressants. Tout d'abord, il existe des enregistrements au nom d'Antonio Grau Maestre. Il peut s'agir du frère d'Andrés (parfois des documents familiaux peuvent nous aider dans notre recherche), ou la personne que nous recherchons pourrait avoir un prénom composé (Antonio Andrés). Plus bas, on voit qu'il y a aussi des notices au nom d'Andrés Grau « Mestres », Andrés « Grand » Maestre et Andrés « Grao » Maestre. Tous pourraient être liés à la personne que nous recherchons, et que soit le fonctionnaire qui a inscrit son nom lors de la rédaction du document, soit la personne en charge de son indexation a commis une erreur. Tous ces noms constituent un lien qui automatise le processus de recherche. En cliquant sur chacun d'eux, le moteur de recherche effectue une nouvelle recherche avec ces clés de recherche (il peut être utile d'ouvrir tous les résultats qui nous intéressent “dans un nouvel onglet”). Dans notre exemple, en cliquant sur chacun des 4 liens mis en évidence dans l'image précédente, nous obtenons ces résultats :

Image 6 : Explorer « Autres résultats »

 Outre le dossier retrouvé au nom d'Andrés Grau Maestre, nous avons retrouvé 4 autres documents du Centre documentaire de la mémoire historique, et deux dossiers du Tribunal spécial pour la répression de la franc-maçonnerie et du communisme. 

  • Colonne de gauche : Résultats similaires

La colonne de gauche fonctionne comme un filtre sur la colonne de droite, mettant en évidence les résultats existants dans la base de données qui méritent d'être examinés en premier. 

Un algorithme passe en revue tous les résultats dans la colonne de droite et sélectionne ceux qu'il considère comme très similaires à notre terme de recherche. Cet algorithme considère que les erreurs de transcription sont moins fréquentes dans les premièrs caractères d'un mot, et prend également en compte leur longueur.

Les entrées avec des initiales qui correspondent à notre recherche sont également ajoutées à cette colonne (dans notre cas, s'il y avait une saisie au nom de « A Grau Maestre », alors « Andrés G Maestre », ou « Andrés Grau M », ce seraient ajoutés à la colonne), et les résultats dans lesquels l'un des termes est vide (« Andrés Grau » sans le deuxième nom, « Grau Maestre » sans le prénom). 

Si la recherche porte sur un nom composé, les résultats pour chacun des noms individuels sont également inclus dans cette colonne. Par exemple, si nous recherchions « José Ramón Grau Maestre », les résultats pour José Grau Maestre et Ramón Grau Maestre apparaîtraient ici (s'ils existent dans la base de données). De même, s'il y a des noms composés dans la base de données qui contiennent le nom que nous recherchons, ceux-ci seront ajoutés à la colonne de gauche (si nous recherchons Andrés Grau Maestre et que la base de données contient le nom « Juan Andrés Grau Maestre », ou « Andrés José Grau Maestre », apparaîtra dans Résultats similaires).

Les liens vers ces résultats sont exactement les mêmes que dans la colonne de droite, cliquer sur les deux n'augmentera pas le nombre de résultats que nous voyons (en d'autres termes, les deux liens nous dirigeront vers la même page).

Le seul lien que nous pouvons voir dans cette colonne qui n'apparaît pas dans la colonne de droite est un cas particulier, qui se produit lorsqu'il existe des enregistrements avec le même nom et prénom, mais avec des noms de famille intervertis (nom1 apparaît à la place de nom2, et vice-versa).

Pour mieux comprendre l'utilité de cette colonne de gauche, regardons un autre exemple de nom plus courant ; José García Fernández. La base de données contient 550 noms correspondant à García Fernández (nom différent), 2 366 noms correspondant à José García (2e nom de famille différent) et 1 529 noms correspondant à José _____ Fernández ( 1er nom de famille différent), pour un total de 4 445 résultats dans le colonne de droite. Bien qu'il soit conseillé (si vous avez de la patience) d'essayer de les examiner manuellement, la colonne de gauche fait une partie du lors de la sélection des saisies les plus proches de notre recherche :

Image 7 : Colonne de gauche – Résultats similaires

Dans ce cas, nous obtenons 27 entrées à examiner, dont un simple coup d'œil révèle que 12 d'entre elles sont des noms composés, 3 abréviations de prénoms et de noms qui correspondent à notre terme de recherche, un deuxième nom de famille composé (José García Fernández Roca), et 3 erreurs d'indexation possibles (« Joise » García Fernández, José García « Fernando » et José « Garcoa » Fernandez). Cela ne veut pas dire que parmi les 4 445 résultats de la colonne de droite, il n'y a pas d'autres erreurs d'indexation possibles qui méritent d'être vérifiées, mais la colonne de gauche constitue un bon point de départ.

 En conclusion, il est fortement recommandé de combiner les résultats de recherche obtenus dans la colonne centrale avec les suggestions des deux colonnes latérales. Cela nous permettra de retrouver des documents mal indexés, ou des personnes liées à ceux que nous recherchons (frères, parents, enfants, cousins, neveux…). Si dans le processus de recherche vous rencontrez des problèmes, avez des suggestions ou voyez une erreur qui doit être corrigée, contactez le site via le formulaire suivant : Contacto (combatientes.es).

Bonne chance dans votre recherche !

Recherche grâce au lieu de naissance de la victime

Ce moteur de recherche géographique permet de retrouver les dossiers des victimes de la répression franquiste pendant la guerre civile et le régime franquiste par nom et lieu de naissance en  :

Víctimas o personas represaliadas nacidas en España (ihr-mapa-ikydwmmbba-ew.a.run.app)

Lors de la recherche, il est recommandé d'essayer différentes orthographes (avec ou sans accent). Un maximum de mille personnes sont localisables en une seule interrogation dans la carte et l'emplacement n'est pas nécessairement exact. Il peut également y avoir plus d'un point par personne. Pour limiter le nombre de réponses, il est préférable de faire la rechefche à partir du lieu de naissance.

Pour obtenir plus d'informations sur la personne, cliquez sur l'identifiant de couleur bleue dans la colonne « Id » de la liste située sous la carte :

Liste de Procesados – Baecelone

https://www.combatientes.es/ListadodeProcedimientosTMT3Barcelona.htm

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.