14 avril 1931 – Les femmes et la République

Les femmes espah,oles vottent

La IIe République par elles et pour elles

Casilda, ma grand-mère no sabía de letras, elle était analphabète et pourtant elle faisait partie des 89 femmes qui à Alcañiz étaient affiliées à la CNT (Confédération Nationale du Travail). Elle n’était qu’une simple paysanne qui s’est accrochée à cet énorme élan d’espoir qu’a représenté la IIe République, la promesse d’une vie meilleure pour elle et ses enfants.

Continuer la lecture de « 14 avril 1931 – Les femmes et la République »

14 avril 1931 – Leur République avec leurs mots

Nos républicains

“¡Viva la Republica!”

Ils ont tous crié “¡Viva la Republica!” quand le 14 avril 1931, la deuxième République est proclamée en Espagne. Avec leurs mots, ils nous confient leur vécu dans une Espagne dominée par les riches et l’Église. Mais ils disent, aussi, l’espoir et les réalisations que la République a apporté dans leur quotidien.

Continuer la lecture de « 14 avril 1931 – Leur République avec leurs mots »

Qui sont “Las Sinsombrero” ?

Las sinsombrero

la Generacion del 27

Tout le monde a entendu parler de la Generacion del 27. Cette période ne concerne pas qu’un mouvement exceptionnel de l’histoire culturelle espagnole, mais elle identifie aussi une décade clé de son histoire : les années 20/30 du XXe siècle. Les personnalités les plus connues de ce mouvement sont entre autres Federico Garcia Lorca, Salvador Dali, Luis Buñuel ou Rafael Alberti. Tous des hommes ! Et les femmes ? Silenciadas par un pays qui ne les a jamais revendiquées.

Continuer la lecture de « Qui sont “Las Sinsombrero” ? »

Antonio Machado, figure incontournable de l’exil républicain espagnol

Le poète et la République espagnole assassinée

Notre ami Serge Barba nous signale la parution du livre d’Antonina Rodrigo et de Jacques Issorel, Antonio Machado. Gardiens de mémoire. Memoria custodiada, FAM, Collioure, 2021. Rappelons que Février 1939 est le point paroxystique de la douleur républicaine espagnole. Ce mois, particulièrement hivernal, voit le poète espagnol Antonio Machado mourir à Collioure le 22. Auparavant, le 6, les autorités françaises ouvrent enfin la frontière des Pyrénées Orientales à des centaines de milliers d’espagnoles et espagnols qui attendent depuis des semaines la possibilité de se réfugier en France. Au début du mois de Mars, ce sont plus de 450 000 miliciens de la République et des civils de tous âges, de toutes conditions, dans le plus grand dénuement, qui se retrouvent poussés hors de leur pays par l’idéologie fasciste. C’est ce que l’on appelle La Retirada, el destierro (la retraite, l’exil). La suite de l’article vous permet de visualiser des images et des vidéos inédites.

Continuer la lecture de « Antonio Machado, figure incontournable de l’exil républicain espagnol »

QUEIPO DE LLANO, LE BOUCHER DE L’ANDALOUSIE

Queipo à la radio de Séville

Les militaires soulevés ont toujours besoin d’un ennemi pour se justifier

Au moment où est rédigé cet article, François Robinne explique, sur France Culture et au sujet du coup d’état militaire en Birmanie, que les officiers généraux n’ont pas besoin de légitimité mais seulement de se trouver un ennemi. C’est exactement ce qu’ont fait les généraux félons espagnols en 1936. En la matière, Queipo de Llano n’est pas en reste, lui qui a utilisé la radio pour appeler au meurtre en accusant les républicains d’abriter des rouges dégénérés, des homosexuels, des femmes pratiquant l’amour libre et en désignant Moscou comme l’artisan du désordre politique, social et de la dépravation morale de la société espagnole.

Continuer la lecture de « QUEIPO DE LLANO, LE BOUCHER DE L’ANDALOUSIE »

Oradour-sur-Glane : une victime espagnole oubliée

Juan Tellez est sa mère Ramona Dominguez

Ramona Dominguez Gil, 643e victime de la “Das Reich”

Dans son édition du 2 octobre 2020, le journal le Monde – avec l’AFP – publiait un « jugement déclaratif de décès » du Tribunal de Grande Instance de Limoges, de décembre 2019, par lequel était reconnue une nouvelle victime du massacre d’Oradour-sur-Glane : Ramona Dominguez Gil.

A partir de cette publication, la présentation des articles est améliorée : vous disposez désormais d’une table des matières, de la mise en évidence des sources externes et de la mise en œuvre des galeries photos.

Continuer la lecture de « Oradour-sur-Glane : une victime espagnole oubliée »

Deux capitaines fusillés pour avoir voulu renverser la monarchie

Galán et Garcia

Le soulèvement oublié

Il y a 90 ans, le 14 décembre 1930, Fermin Galán [1] et Angel Garcia sont fusillés parce qu’ils ont fomenté un soulèvement militaire à Jaca, dans la province aragonaise de Huesca. Motivés par des idéaux républicains, ils vont payer de leur vie une trop grande précipitation. Continuer la lecture de « Deux capitaines fusillés pour avoir voulu renverser la monarchie »

La mode, instrument et symptôme du franquisme

MEDINA-4-FEVRIER-1945-PAGE-10-source-biblioteca-nacional-de-espana

La mode franquiste, reflet des années noires

La mode outil de propagande pour Franco

A l’origine seulement fonctionnel, le vêtement est devenu avec le temps un outil de communication non verbal, permettant de transmettre de multiples messages. Le vêtement est le reflet de nos émotions, opinions et désirs. La mode lui confère une limite temporelle : ce qui est porté aujourd’hui est différent de ce qui sera porté demain. Au-delà de leur fonction utilitaire et d’une quête esthétique, nos vêtements sont le reflet de l’actualité, de notre société. Ainsi la mode traduit l’Histoire. La dictature franquiste a eu une empreinte sur la mode espagnole du 20ème siècle. Ce régime va s’en servir comme un objet d’influence sur la population et de propagande à sa propre gloire.

La mode à partir des années 50, vitrine d’une libéralisation de façade

Continuer la lecture de « La mode, instrument et symptôme du franquisme »

QUAND UN AVION DE LA RÉPUBLIQUE ESPAGNOLE ATTERRISSAIT À MIRAMONT

L’’avion tiré de l’’oubli grâce à une adhérente de MER 47

Une lettre d’’une adhérente, adressée au bureau de l’’association a permis d’’exhumer de l’’oubli l’’atterrissage de cet avion, un évènement singulier de l’’histoire de la République d’’Espagne en Lot-et-Garonne.

Continuer la lecture de « QUAND UN AVION DE LA RÉPUBLIQUE ESPAGNOLE ATTERRISSAIT À MIRAMONT »

LA LIBERTE POUR IDEAL ET POUR COMBAT

Liberté pour leur peuple et pour tous les peuples opprimés

Pour la liberté et la justice ils avaient combattu en Espagne, abandonnés par les gouvernements qui prônaient  la non intervention.Ce combat pour la liberté ils l’ont continué en France contre l’occupant nazi. A Francescas c’était ce 20 juin  2017 l’hommage rendu aux cinq républicains espagnols tombés sous les balles allemandes. Continuer la lecture de « LA LIBERTE POUR IDEAL ET POUR COMBAT »

La niña bonita à Aiguillon – 3 : un hôpital pour les Républicains espagnols

L'hôpital des Républicains espagnols

La Mémoire des Républicains espagnols à Aiguillon : l’hôpital dans les locaux de l’usine Berthy. 

Notre amie Marie Ange, professeur d’espagnol, lut le nom des cent Républicains espagnols hospitalisés en ces lieux semant la graine de la mémoire, ici en Lot et Garonne terre que tant d’exilés espagnols ont choisi comme lieu de vie.

Continuer la lecture de « La niña bonita à Aiguillon – 3 : un hôpital pour les Républicains espagnols »

La niña bonita à Aiguillon – 2: un square pour la Mémoire

Devant le Square de la République espagnole

 

Du 6 au 14 avril, la République espagnole, la niña bonita,  a été mise à l’honneur à Aiguillon grâce à nos amis Marie Ange Gonzalez et Silvio Guingan avec le soutien de la municipalité : journées d’information, documentaires, exposition et en forme de consécration inauguration d’un square de la République espagnole en présence de Régine Poveda, députée du Lot-et-Garonne et de Jean François Sauvaud,  Maire de la commune. Retour sur ces événements qui marquent notre histoire et celle du département.

Continuer la lecture de « La niña bonita à Aiguillon – 2: un square pour la Mémoire »

La niña bonita à Aiguillon – 1 : au rendez-vous de la cité scolaire Stendhal

Dans le cadre de la semaine espagnole, organisée à Aiguillon du 10 au 16 avril, pour célébrer le 85ème anniversaire de la seconde République espagnole, les professeurs d’espagnol ont amené 150 élèves des classes de 3°, 2°5 et 1°L visiter l’exposition organisée par l’association MER 47 et assister à une rencontre avec un républicain espagnol.

Continuer la lecture de « La niña bonita à Aiguillon – 1 : au rendez-vous de la cité scolaire Stendhal »

Oradour sur Glane : l’empreinte de la Mémoire de la barbarie nazie

L’empreinte de la Mémoire : retour sur un massacre programmé

Le 10 juin 1944, deux cents hommes de la division SS Das Reich encerclent le village d’Oradour sur Glane vers quatorze heures. A cette heure, il y a beaucoup de monde dans le village, car c’est jour de marché, et la population a doublé depuis le début de la guerre, notamment avec l’arrivée de Républicains espagnols et d’Alsaciens ayant fui leurs contrées.

Continuer la lecture de « Oradour sur Glane : l’empreinte de la Mémoire de la barbarie nazie »

MER 47 à Limoges : l’empreinte de la République Espagnole.

Une trentaine de personnes se sont rendues  à Limoges, le samedi 19 et dimanche 20 mars 2016 pour évoquer l’empreinte laissée par la République espagnole dans l’enseignement et pendant la deuxième guerre mondiale dans le Limousin.

Nous avons été accueillis chaleureusement à l’Hôtel du département  par l’Association mémorielle Ateneo Republicano du Limousin, qui tenait un colloque sur l’enseignement de la République Espagnole. Ce fut un moment de partages et de joie, avec quelques repas conviviaux, les chansons de notre ami Luis Casares pour nous égayer.

Continuer la lecture de « MER 47 à Limoges : l’empreinte de la République Espagnole. »

COMPAÑERAS, FEMMES D’ESPAGNE, DE SOUFFRANCES ET DE LUTTES

 

A la une,  une image de jeunes,  collégiens  à Tonneins,  dialoguant avec Jean Ortiz. Une des étapes du séjour en Lot et Garonne de nos amis  Jean Ortiz et Dominique Gautier à l’occasion de la présentation de leur dernier documentaire « Compañeras ».

A l’initiative de notre ami Philippe Bouvier, enseignant au collège Germillac, professeurs d’histoire, d’éducation artistique et d’espagnol ont,  pendant une quinzaine de jours, préparé avec leurs élèves  cette venue,  s’appuyant sur l’exposition de MER 47, les poèmes,  la littérature espagnole,  les œuvres d’art,  Guernica,  approches de l’histoire de l’Espagne et de son éphémère  République.

Continuer la lecture de « COMPAÑERAS, FEMMES D’ESPAGNE, DE SOUFFRANCES ET DE LUTTES »

A FRANCESCAS, CONDOM ET CASTELNAU L’HOMMAGE AUX COMBATS ET AUX VALEURS DES REPUBLICAINS ESPAGNOLS

MER 47 et MERR 32 étaient unis ces 20 et 21 juin 2015 autour du souvenir des  Républicains Espagnols tombés dans la lutte pour la Libération de la France.

Ils s’appelaient : Vicente DALLA BENLUCE, José MANCHANTE, Ramón PENILLA, Julián RAMIRO ANADON, Tomas SAN ANTONIO, Juan ALVAREZ SANCHEZ, Manuel ALVAREZ, Pablo GARCIA MARTINEZ, Jesús Miguel HERRERA, Salvador HERNANDEZ GARCIA, Alfonso MARTINEZ VAQUERO, José María ORTEGA ,Gabriel PLAZUELO ESPOSITO,  Salvador TORRES, José VALIENTE MURILLO.

Continuer la lecture de « A FRANCESCAS, CONDOM ET CASTELNAU L’HOMMAGE AUX COMBATS ET AUX VALEURS DES REPUBLICAINS ESPAGNOLS »