¡Feliz cumpleaños Niña Bonita!

La IIe République a 90 ans

Cette année, la deuxième République espagnole a reçu son cadeau d'anniversaire avec près d'un mois d'avance.

Le dépôt de gerbe des deux Présidents

« Montauban […] est une ville extrêmement importante dans l'histoire et la mémoire de l'Espagne et de la France. C'est ici qu'a été enterré le dernier Président de la Seconde République espagnole, Manuel Azaña […]. Je crois qu'ici, nous devons continuer d'avoir tous et toutes en tête son dernier discours en juillet 1938, qui était un appel poignant à la paix et qui rappelle l'engagement de grands intellectuels et des dans ce combat mené d'abord dans leur pays, puis à travers l' et dans notre pays. […] célébrer cette histoire, celle de tous ces de la liberté qui ont fui l'Espagne pour retrouver la France et qui ont souvent donné leur vie pour ensuite défendre la France elle-même. Ces dernières années ont permis de célébrer leur mémoire, mais nous n'oublierons jamais les nombreux républicains espagnols qui se sont joints à la résistance française et nous ont permis de rester libres. ».

Ces paroles sont celles d'Emmanuel Macron, lors de la conférence de presse consécutive au sommet franco-espagnol du 15 mars 2021 à Montauban.

Par la voix de son chef d'État, la France a infléchi son roman national, initialement forgé dans le discours du général De Gaulle célébrant, le 25 août 1944, la libération de Paris « par lui-même ».

La France de 2021 reconnaît officiellement la participation de nombreux républicains espagnols à la Résistance française. Cette participation fut triplement importante : par son ampleur, par la détermination de ses volontaires et par leur expérience des combats acquise en Espagne. La Résistance en France n'était pas exclusivement française.

Quelques minutes après cette conférence de presse, Emmanuel Macron et Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol, se sont inclinés devant la sépulture de Manuel Azaña. Leur hommage dépasse la seule mémoire du défunt président de la deuxième République espagnole.


Symboliquement, la gerbe conjointement déposée par le chef de l'État français et le chef du gouvernement espagnol, pour le premier son soutien moral posthume à la deuxième République espagnole, pour le second la filiation de la société qu'il représente à l'égard de sa devancière démocratique dont elle est l'héritière. Cet hommage de la France est inédit.

Il est désormais pérennisé par l'Espagne. En effet en février 2019, Pedro Sanchez s'était déjà recueilli devant la tombe du dernier président de la République espagnole. Le même jour il avait présenté les excuses de l'Espagne envers ses républicains .

Comme en 2019, le président de la coordination Caminar, dont 47 est membre, a été invité à l'hommage rendu à Manuel Azaña.

La Niña Bonita dans nos cœurs

En célébrant l'anniversaire de notre Niña Bonita, quatre-vingt-dix ans après sa proclamation, nous n'oublions ni la deuxième République, ni ses apports, ni les espérances qu'elle portait ou celles qu'elle fit naître. Nous n'oublions pas ses enfants qui l'ont défendue, les armes à la main, contre la barbarie franquiste, comme ils ont défendu l'Europe, au prix de leur sang, contre l'ignominie nazie.

Nous n'oublions pas les enfants de cette jeune République qui ont souffert, dans leur chair et leur conscience, la cruauté des franquistes.

Nous ne l'oublions pas, comme nous ne renonçons pas, plus qu'au rêve, plus qu'à l'espoir, à l'objectif que demain España sea republicana.

Notre plus bel hommage à la deuxième République est de lutter pour la troisième.

Eibar, Pays Basque, première municipalité à proclamer la République à 7 heures moins le quart du matin du 14 avril 1931.

David Llamas

Une réponse sur “¡Feliz cumpleaños Niña Bonita!”

  1. Je lis dans l’article ci-dessus que des membres de MER 47 se félicitent du discours du sieur MACRON ci-devant Président omni-présent de la déclinante Tépublique française…
    Aussitôt après “on” commémore, AVEC RAISON le 14 avril 1931 où la commune (alors LIBRE) d’ EIBAR en EUSKADI-SUD proclamait la REPUBLIQUE.
    Merveilleux, mais …
    Mais l’auteur de l’article relatif à Nabot-Léon IV semble oublier que celui-ci (chef d’état et chef des armées ) continue à faire maintenir en prison, rechercher et arrêter des militants basques REPUBLICAINS !…
    Curieux , non ?…
    Tout comme ce collectif IGNORE DELIBEREMENT les atteintes mortifères portées à l’hôpital VARSOVIE/DUCUING de Toulouse créé et financé , à son démarrage, par une poignée de REPUBLICAINS ESPAGNOLS …
    Devons-nous être étonnés, désabusés ou INDIGNES ?
    Aurait-on oublié que le REFORMISME COLLABORATIONNISTE est TOUJOURS le parqueur de la déchéance de l’esprit REVOLUTIONNAIRE du PROLETRARIAT ?
    En France comme en Espagne et ailleurs …
    Lou DESTRABAT en ce vendredi 28 mai 2021 à 15h50.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.