Le pacte de San Sebastián, point de rupture de la seconde restauration bourbonienne ?

Signataires du pacte

Un acte fondateur oublié

Qui, à l’heure où sont écrites ces lignes, a entendu parler du Pacto de San Sebastián ? A la vérité, très peu, et pourtant il semble que ce soit l’acte de mise en route d’un processus visant à achever un régime faisant eaux de toutes parts. En effet, le gouvernement provisoire de la IIe République espagnole est l’émanation d’un comité révolutionnaire, lui-même issu de ce fameux pacte signé à San Sebastián.

Continuer la lecture de « Le pacte de San Sebastián, point de rupture de la seconde restauration bourbonienne ? »

Mourir à 20 ans

Un-republicano-espanol-Mourir-20-ans

Un republicano español – la dernière BD de Philippe Guillen

Nous avons déjà reçu à MER 47 l’auteur Philippe Guillen pour nous présenter sou ouvrage sur Cabrero Arnal, le père de « Pif le chien ». Aujourd’hui, le professeur d’histoire et dessinateur reprend son crayon pour nous conter l’histoire tragique d’un jeune républicain espagnol. Il s’agit du sergent José Maria Asin Usieto, membre de la 43e division de l’Armée Républicaine espagnole. Il est décédé du typhus à l’âge de vingt ans dans le camp de concentration de Septfonds.

Continuer la lecture de « Mourir à 20 ans »

14 avril 1931 – Les femmes et la République

Les femmes espah,oles vottent

La IIe République par elles et pour elles

Casilda, ma grand-mère no sabía de letras, elle était analphabète et pourtant elle faisait partie des 89 femmes qui à Alcañiz étaient affiliées à la CNT (Confédération Nationale du Travail). Elle n’était qu’une simple paysanne qui s’est accrochée à cet énorme élan d’espoir qu’a représenté la IIe République, la promesse d’une vie meilleure pour elle et ses enfants.

Continuer la lecture de « 14 avril 1931 – Les femmes et la République »

14 avril 1931 – Leur République avec leurs mots

Nos républicains

“¡Viva la Republica!”

Ils ont tous crié “¡Viva la Republica!” quand le 14 avril 1931, la deuxième République est proclamée en Espagne. Avec leurs mots, ils nous confient leur vécu dans une Espagne dominée par les riches et l’Église. Mais ils disent, aussi, l’espoir et les réalisations que la République a apporté dans leur quotidien.

Continuer la lecture de « 14 avril 1931 – Leur République avec leurs mots »

« Péril de la Liberté », un livre pour témoigner contre l’oubli

Péril de la liberté

Un ouvrage qui couronne un engagement personnel

A MER47 nous connaissons tous David Llamas. Depuis toujours, il est de tous nos combats pour la mémoire et la justice. Ce qui le conduit à présider aux destinées de notre association depuis plusieurs années. Et voilà qu’il nous offre un roman inspiré de l’histoire des siens mêlée à celle des nôtres.

Continuer la lecture de « « Péril de la Liberté », un livre pour témoigner contre l’oubli »

Qui sont “Las Sinsombrero” ?

Las sinsombrero

la Generacion del 27

Tout le monde a entendu parler de la Generacion del 27. Cette période ne concerne pas qu’un mouvement exceptionnel de l’histoire culturelle espagnole, mais elle identifie aussi une décade clé de son histoire : les années 20/30 du XXe siècle. Les personnalités les plus connues de ce mouvement sont entre autres Federico Garcia Lorca, Salvador Dali, Luis Buñuel ou Rafael Alberti. Tous des hommes ! Et les femmes ? Silenciadas par un pays qui ne les a jamais revendiquées.

Continuer la lecture de « Qui sont “Las Sinsombrero” ? »

QUEIPO DE LLANO, LE BOUCHER DE L’ANDALOUSIE

Queipo à la radio de Séville

Les militaires soulevés ont toujours besoin d’un ennemi pour se justifier

Au moment où est rédigé cet article, François Robinne explique, sur France Culture et au sujet du coup d’état militaire en Birmanie, que les officiers généraux n’ont pas besoin de légitimité mais seulement de se trouver un ennemi. C’est exactement ce qu’ont fait les généraux félons espagnols en 1936. En la matière, Queipo de Llano n’est pas en reste, lui qui a utilisé la radio pour appeler au meurtre en accusant les républicains d’abriter des rouges dégénérés, des homosexuels, des femmes pratiquant l’amour libre et en désignant Moscou comme l’artisan du désordre politique, social et de la dépravation morale de la société espagnole.

Continuer la lecture de « QUEIPO DE LLANO, LE BOUCHER DE L’ANDALOUSIE »

Oradour-sur-Glane : une victime espagnole oubliée

Juan Tellez est sa mère Ramona Dominguez

Ramona Dominguez Gil, 643e victime de la “Das Reich”

Dans son édition du 2 octobre 2020, le journal le Monde – avec l’AFP – publiait un « jugement déclaratif de décès » du Tribunal de Grande Instance de Limoges, de décembre 2019, par lequel était reconnue une nouvelle victime du massacre d’Oradour-sur-Glane : Ramona Dominguez Gil.

A partir de cette publication, la présentation des articles est améliorée : vous disposez désormais d’une table des matières, de la mise en évidence des sources externes et de la mise en œuvre des galeries photos.

Continuer la lecture de « Oradour-sur-Glane : une victime espagnole oubliée »

Deux capitaines fusillés pour avoir voulu renverser la monarchie

Galán et Garcia

Le soulèvement oublié

Il y a 90 ans, le 14 décembre 1930, Fermin Galán [1] et Angel Garcia sont fusillés parce qu’ils ont fomenté un soulèvement militaire à Jaca, dans la province aragonaise de Huesca. Motivés par des idéaux républicains, ils vont payer de leur vie une trop grande précipitation. Continuer la lecture de « Deux capitaines fusillés pour avoir voulu renverser la monarchie »

« Espagne, un exil républicain »

1re de couverture - Français

Les Actes du colloque

En Octobre 2019, la coordination Caminar organisait, à Toulouse, un colloque « Espagne, un exil républicain ». Aujourd’hui, paraissent les actes de cet événement. Ouvrage bilingue, il restitue les diversesconférences présentées par des intervenants venus d’horizons différents, chercheurs universitaires, d’associations mémorielles, témoins. Continuer la lecture de « « Espagne, un exil républicain » »

UNE CENTENAIRE RÉPUBLICAINE ESPAGNOLE A FUMEL

Enhorabuena, señora Rosario Ribera

En octobre dernier, une républicaine espagnole fêtait ses 103 ans à l’EHPAD de Fumel. Rosario Ribera, toujours pleine d’entrain et d’optimisme a vu sa jeunesse confrontée aux dégâts causés par la guerre civile espagnole. Comme bon nombre d’autres jeunes, elle a choisi la République contre le franquisme et l’obscurantisme, Franco ayant déclaré au lendemain de sa victoire que cela signifiait la fin de « l’esprit des Lumières ». Continuer la lecture de « UNE CENTENAIRE RÉPUBLICAINE ESPAGNOLE A FUMEL »

Les secrets de la “abuela” de Olivia Ruiz

Une de LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEUR

Bon nombre d’entre-nous avons une grand-mère avec laquelle nous avons partagé sa vie et peut-être ses secrets. Mais quand cette abuela vient de l’exil républicain espagnol, cela doit provoquer un petit pincement au cœur. Alors suivez le conseil de notre amie Maria Priser et plongez-vous dans le roman passionné de Olivia Ruiz : LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEUR.

Continuer la lecture de « Les secrets de la “abuela” de Olivia Ruiz »

La mode, instrument et symptôme du franquisme

MEDINA-4-FEVRIER-1945-PAGE-10-source-biblioteca-nacional-de-espana

La mode franquiste, reflet des années noires

La mode outil de propagande pour Franco

A l’origine seulement fonctionnel, le vêtement est devenu avec le temps un outil de communication non verbal, permettant de transmettre de multiples messages. Le vêtement est le reflet de nos émotions, opinions et désirs. La mode lui confère une limite temporelle : ce qui est porté aujourd’hui est différent de ce qui sera porté demain. Au-delà de leur fonction utilitaire et d’une quête esthétique, nos vêtements sont le reflet de l’actualité, de notre société. Ainsi la mode traduit l’Histoire. La dictature franquiste a eu une empreinte sur la mode espagnole du 20ème siècle. Ce régime va s’en servir comme un objet d’influence sur la population et de propagande à sa propre gloire.

La mode à partir des années 50, vitrine d’une libéralisation de façade

Continuer la lecture de « La mode, instrument et symptôme du franquisme »

Au camp de Septfonds, des Républicains Espagnols et Francesc Tosquelles

Septfonds et Francesc Tosquelles au cœur de la journée de rentrée de MER 47

Septfonds, ce camp de concentration où furent internés 18000 républicains espagnols dans des conditions d’insalubrité totale, était au cœur de la journée de rentrée de MER 47. Et aussi Francesc Tosquelles qui, en y installant , avec les moyens du bord, un service psychiatrique, permis d’éviter à nombre d’entre eux d’ajouter au dénuement la misère morale et psychique.

Continuer la lecture de « Au camp de Septfonds, des Républicains Espagnols et Francesc Tosquelles »

SAN JUAN DE LA PEÑA ET LES EXPOS D’ARMH – voyage MER 47 – 4

Le 15 avril était jour de retour en France et sur le trajet nous nous sommes arrêtés au monastère de San Juan de la Peña. En pleines Pyrénées se trouve le spectaculaire espace du Paysage Protégé de San Juan de la Peña et du Monte Oroel, et entre ses éléments plus remarquables on peut trouver le Vieux Monastère de San Juan de la Peña, trésor de l´époque médiévale.

Devant San Juan de la Peña

Continuer la lecture de « SAN JUAN DE LA PEÑA ET LES EXPOS D’ARMH – voyage MER 47 – 4 »

TERUEL – POZOS DE CAUDE – voyage MER 47 – 3

Le 14 avril nous amène à Teruel, belle ville riche de son passé architectural mozarabe, mauresque et art et déco qui nous accueille par une manifestation religieuse avec tambours géants. Nous avons le temps de découvrir son marché, ses spécialités, la tour des amants de Teruel, son musée qui accueille une exposition temporaire et itinérante sur la bataille de Teruel et bien d’autres lieux …

Continuer la lecture de « TERUEL – POZOS DE CAUDE – voyage MER 47 – 3 »

LE CIMETIERE DE TORRERO – ZARAGOZA – voyage MER 47 – 2

La matinée du 13 avril était consacrée à la visite d’un lieu de mémoire, le cimetière de Torrero sous la conduite de Paz Jiménez Seral, présidente de la fondation Bernardo Aladrén qui a pris le nom d’un dirigeant syndical socialiste et agit pour la collecte et la diffusion des archives sociales de l’UGT en Aragon. Elle nous a expliqué toute l’histoire de ce lieu mémoriel.

Paz et Gilbert devant le mur des fusillés

Continuer la lecture de « LE CIMETIERE DE TORRERO – ZARAGOZA – voyage MER 47 – 2 »