RTF 2023 – le programme complet des journées

Mis au point après de longs mois de travail acharné, MER47 vous invite à consulter le programme des douzièmes Rencontres Transfrontalières qui vont se tenir dans le Lot-et-Garonne, les 29-30 septembre et 1er octobre 2023. Ce programme a été rédigé en partenariat avec des associations mémorielles situées de part et d’autre de la frontière, et qui œuvrent pour la récupération de la Mémoire de la IIe République espagnole ainsi que pour la diffusion de la Mémoire de l’exil qui a frappé plus de 500 000 personnes en 1939. Il reflète la volonté de ces associations de poursuivre le combat afin de rétablir la vérité, obtenir justice et imposer les réparations nécessaires.

Continuer la lecture de « RTF 2023 – le programme complet des journées »

Les Rencontres Transfrontalières de 2010 à 2022

TML

Les 29, 30 septembre et 1er octobre prochains vont se dérouler, dans le Lot-et-Garonne, les douzièmes Rencontres Transfrontalières. Organisées en alternance des deux côtés de la frontière franco-espagnole par des associations mémorielles, ces journées ont pour objet de promouvoir les valeurs humanistes et progressistes, défendues par la IIe République espagnole. Monique Demay, de l’association T.M.L. (Terres de Mémoire(s) et de Luttes), nous rappelle comment sont nées ces rencontres ainsi que leur évolution au fil des ans.

Continuer la lecture de « Les Rencontres Transfrontalières de 2010 à 2022 »

Après les élection du 23 juillet : quel avenir pour la mémoire démocratique ?

Il y a un mois, les Espagnols choisissaient de remplir leur devoir électoral, malgré les vacances estivales, et de faire mentir les sondages qui prévoyaient un succès immédiat du Parti Populaire soutenu par le parti d’extrême droite, Vox. Cette semaine, le bourbon Felipe IV propose au patron du PP, Alberto Nuñez Feijóo, de former un gouvernement. A cette occasion, le président de MER47, Alain Miranda, nous propose une analyse, à paraître dons notre prochain bulletin, autour des enjeux concernant la Loi de Mémoire Démocratique. Il met à profit cet article pour évoquer les prochaines rencontres transfrontalières qui vont avoir lieu en Lot-et-Garonne.

Continuer la lecture de « Après les élection du 23 juillet : quel avenir pour la mémoire démocratique ? »

« Tuez comme il vous plaira » de Mark Rosaleny à Agen

Couverture livre

« Tuez comme il vous plaira » un polar avec la transition démocratique espagnole en toile de fond

Voilà deux mots qui résonnement diversement à l’oreille de celle ou de celui qui s’intéresse à la vie politique espagnole. En effet, cette période de l’histoire récente, outre Pyrénées, a modelé les comportements politiques des Espagnols. Les partis institutionnels la magnifient car, pour eux, la remettre en question conduirait à l’implosion du système qui leur garantit un accès au pouvoir.  En marge, il y a des militants, essentiellement de gauche, qui la considèrent comme une trahison par rapport aux torturés et aux massacrés par le franquisme, dont un bon nombre gît au fond de fosses qui restent encore à identifier. Mais, comment la société civile a vécu ce moment fondateur de la démocratie bancale actuelle ?

Continuer la lecture de « « Tuez comme il vous plaira » de Mark Rosaleny à Agen »

Un moteur de recherche au service des familles de victimes du franquisme

Moteur de recherches

Le moteur de recherche le plus complet des victimes du franquisme qui dépasse le demi-million de jugements des Conseils de Guerre répertoriés et 1,3 million de dossiers

“On s’est rendu compte que si quelqu’un voulait reconstituer son passé généalogique et connaître son histoire, il était très difficile d’accéder aux informations si un proche était mort pendant la guerre civile ou la dictature.” C’est ainsi que s’exprime Concha Catalan, journaliste spécialiste en bases de données et co-fondatrice de Innovation and Human Rights (IHR), lorsqu’elle évoque le moteur de recherche créé par cette organisation qui fête ses cinq ans de vie en décembre. Il existe actuellement plus d’un demi-million de conseils de guerre répertoriés, en plus de milliers et de milliers de documents qui jusqu’à présent ont été agrégés dans différentes archives, ouvrages bibliographiques et études universitaires.

Continuer la lecture de « Un moteur de recherche au service des familles de victimes du franquisme »

QUEIPO DE LLANO, LE BOUCHER DE L’ANDALOUSIE

Queipo à la radio de Séville

Les militaires soulevés ont toujours besoin d’un ennemi pour se justifier

Au moment où est rédigé cet article, François Robinne explique, sur France Culture et au sujet du coup d’état militaire en Birmanie, que les officiers généraux n’ont pas besoin de légitimité mais seulement de se trouver un ennemi. C’est exactement ce qu’ont fait les généraux félons espagnols en 1936. En la matière, Queipo de Llano n’est pas en reste, lui qui a utilisé la radio pour appeler au meurtre en accusant les républicains d’abriter des rouges dégénérés, des homosexuels, des femmes pratiquant l’amour libre et en désignant Moscou comme l’artisan du désordre politique, social et de la dépravation morale de la société espagnole.

Continuer la lecture de « QUEIPO DE LLANO, LE BOUCHER DE L’ANDALOUSIE »

Oradour-sur-Glane : une victime espagnole oubliée

Juan Tellez est sa mère Ramona Dominguez

Ramona Dominguez Gil, 643e victime de la “Das Reich”

Dans son édition du 2 octobre 2020, le journal le Monde – avec l’AFP – publiait un « jugement déclaratif de décès » du Tribunal de Grande Instance de Limoges, de décembre 2019, par lequel était reconnue une nouvelle victime du massacre d’Oradour-sur-Glane : Ramona Dominguez Gil.

A partir de cette publication, la présentation des articles est améliorée : vous disposez désormais d’une table des matières, de la mise en évidence des sources externes et de la mise en œuvre des galeries photos.

Continuer la lecture de « Oradour-sur-Glane : une victime espagnole oubliée »

« Espagne, un exil républicain »

1re de couverture - Français

Les Actes du colloque

En Octobre 2019, la coordination Caminar organisait, à Toulouse, un colloque « Espagne, un exil républicain ». Aujourd’hui, paraissent les actes de cet événement. Ouvrage bilingue, il restitue les diversesconférences présentées par des intervenants venus d’horizons différents, chercheurs universitaires, d’associations mémorielles, témoins. Continuer la lecture de « « Espagne, un exil républicain » »

La « Bête » est encore vivante : en 2020, comme en 1936, Franco toujours présent

Image à la Une

Même mort Franco poursuit son œuvre délétère

Appel à toutes les personnes qui doutent, qui pensent que notre lutte de militants pour la Mémoire de l’Espagne Républicaine est un combat d’arrière-garde.

Nous leur demandons de reprendre leurs analyses à la lueur des graves évènements qui se déroulent en Espagne. Depuis le retour au grand jour des franquistes, la scène politique espagnole vire au vinaigre. Si on utilise la concordance des temps, on pense aussitôt à la situation explosive du printemps 1936. Continuer la lecture de « La « Bête » est encore vivante : en 2020, comme en 1936, Franco toujours présent »

UNE CENTENAIRE RÉPUBLICAINE ESPAGNOLE A FUMEL

Enhorabuena, señora Rosario Ribera

En octobre dernier, une républicaine espagnole fêtait ses 103 ans à l’EHPAD de Fumel. Rosario Ribera, toujours pleine d’entrain et d’optimisme a vu sa jeunesse confrontée aux dégâts causés par la guerre civile espagnole. Comme bon nombre d’autres jeunes, elle a choisi la République contre le franquisme et l’obscurantisme, Franco ayant déclaré au lendemain de sa victoire que cela signifiait la fin de « l’esprit des Lumières ». Continuer la lecture de « UNE CENTENAIRE RÉPUBLICAINE ESPAGNOLE A FUMEL »

Une histoire de voleurs : le Pazo de Meirás

Pazo de Meiras

Le Pazo de Meirás illégalement séquestré par la famille Franco

Le retour du manoir du Pazo de Meirás dans le domaine public va dans le sens de la nécessité de mettre en œuvre les principes de Vérité, Justice et Réparation. En effet, dans le cas qui nous occupe, il s’agit de lutter contre les spoliations pratiquées par la terreur franquiste. En 1938, des groupuscules franquistes, pistolet au ceinturon, entrent dans les maisons. Ils exigent une contribution financière afin d’offrir le domaine au dictateur . En 1941, cette propriété est enregistrée illégalement par Franco comme bien personnel. Aujourd’hui, un juge a tranché : le Pazo de Meirás doit être restitué. Continuer la lecture de « Une histoire de voleurs : le Pazo de Meirás »

Voyage Franco de port

1re de couverture du belletin MER47 de Janvier 2020

Voyage Franco de port

Dans l’éditorial « Voyage Franco de port », le Président de MER47 revient sur l’exhumation, du Valle de los caidos, du dictateur Franco. L’article, publié dans le bulletin de liaison de l ’association, analyse le sentiment que cet événement, tant attendu, a provoqué chez les descendants et amis des exilés républicains espagnols en Lot-et-Garonne. Continuer la lecture de « Voyage Franco de port »

La mode, instrument et symptôme du franquisme

MEDINA-4-FEVRIER-1945-PAGE-10-source-biblioteca-nacional-de-espana

La mode franquiste, reflet des années noires

La mode outil de propagande pour Franco

A l’origine seulement fonctionnel, le vêtement est devenu avec le temps un outil de communication non verbal, permettant de transmettre de multiples messages. Le vêtement est le reflet de nos émotions, opinions et désirs. La mode lui confère une limite temporelle : ce qui est porté aujourd’hui est différent de ce qui sera porté demain. Au-delà de leur fonction utilitaire et d’une quête esthétique, nos vêtements sont le reflet de l’actualité, de notre société. Ainsi la mode traduit l’Histoire. La dictature franquiste a eu une empreinte sur la mode espagnole du 20ème siècle. Ce régime va s’en servir comme un objet d’influence sur la population et de propagande à sa propre gloire.

La mode à partir des années 50, vitrine d’une libéralisation de façade

Continuer la lecture de « La mode, instrument et symptôme du franquisme »

LE CIMETIERE DE TORRERO – ZARAGOZA – voyage MER 47 – 2

La matinée du 13 avril était consacrée à la visite d’un lieu de mémoire, le cimetière de Torrero sous la conduite de Paz Jiménez Seral, présidente de la fondation Bernardo Aladrén qui a pris le nom d’un dirigeant syndical socialiste et agit pour la collecte et la diffusion des archives sociales de l’UGT en Aragon. Elle nous a expliqué toute l’histoire de ce lieu mémoriel.

Paz et Gilbert devant le mur des fusillés

Continuer la lecture de « LE CIMETIERE DE TORRERO – ZARAGOZA – voyage MER 47 – 2 »

La niña bonita à Aiguillon – 3 : un hôpital pour les Républicains espagnols

L'hôpital des Républicains espagnols

La Mémoire des Républicains espagnols à Aiguillon : l’hôpital dans les locaux de l’usine Berthy. 

Notre amie Marie Ange, professeur d’espagnol, lut le nom des cent Républicains espagnols hospitalisés en ces lieux semant la graine de la mémoire, ici en Lot et Garonne terre que tant d’exilés espagnols ont choisi comme lieu de vie.

Continuer la lecture de « La niña bonita à Aiguillon – 3 : un hôpital pour les Républicains espagnols »

La niña bonita à Aiguillon – 2: un square pour la Mémoire

Devant le Square de la République espagnole

 

Du 6 au 14 avril, la République espagnole, la niña bonita,  a été mise à l’honneur à Aiguillon grâce à nos amis Marie Ange Gonzalez et Silvio Guingan avec le soutien de la municipalité : journées d’information, documentaires, exposition et en forme de consécration inauguration d’un square de la République espagnole en présence de Régine Poveda, députée du Lot-et-Garonne et de Jean François Sauvaud,  Maire de la commune. Retour sur ces événements qui marquent notre histoire et celle du département.

Continuer la lecture de « La niña bonita à Aiguillon – 2: un square pour la Mémoire »