DES RÉPUBLICAINS HOMMES LIBRES MALGRÉ LES CAMPS DE LA HONTE

Républicains espagnols, une autre approche à la journée de rentrée de MER 47

La journée de rentrée de MER 47 a abordé un aspect souvent méconnu de l’’exode des Républicains espagnols. Comment l’’esprit républicain qui animait ces hommes et ces femmes a été à l’’origine d’’une intense et diverse activité créatrice et culturelle malgré les souffrances et le mépris qu’’ils subissaient dans les camps de concentration.

Républicains et solidaires pour combattre le désespoir

C’’est à la Maison de la Vie Associative de Villeneuve sur Lot que s’’est déroulée en ce 15 octobre 2017 la journée de rentrée de MER 47. L’’occasion pour tous les amis de MER 47 de se retrouver autour du désormais traditionnel repas républicain, beaucoup de bonheur à être ensemble, à plaisanter, à prendre des nouvelles des uns et des autres, de tristesse aussi à l’’évocation de ceux qui nous ont quittés.

repas-republicain.JPG

 

 

Mais la journée de rentrée est aussi traditionnellement une journée de réflexion et d’’échange autour de l’’Espagne républicaine, de ses combats d’’hier et d’’aujourd’’hui. Après l’’évocation de la retirada, des camps de l’’exil et de la honte, des combattants de la liberté engagés au sein des Brigades Internationales, notre association a voulu montrer cette année un aspect souvent méconnu de l’’exode des Républicains espagnols.

Républicains espagnols, ils étaient parqués dans des camps improvisés à la hâte, dans les pires souffrances et les pires conditions, considérés par les autorités de 1939 comme des indésirables dont la moindre velléité d’’indépendance devait être durement réprimée. Et malgré tout ils ont affirmé leur dignité d’’hommes libres, leurs valeurs républicaines par de multiples initiatives et créations, organisant la solidarité là ou prévalait l’’exclusion.

veronique-moulinie.JPG

 

 

Dans un exposé magistral enrichi par l’’évocation de multiples exemples concrets, Véronique Moulinié, directrice de recherche au CNRS, auteure du livre « La retirada – Mots et images d’’un exode », a fait vivre l’activité créatrice, culturelle et politique intense qu’’ont développée les Républicains espagnols dans les « universités des sables ». A l’écran se succédaient, en illustration de son propos, objets, dessins, peintures, photographies, revues, poèmes créés dans les camps de concentration du sud de la France. Au désespoir et à l’’ennui répondaient sculptures, journaux ou pièces de théâtre. …Ces Républicains espagnols qui n’avaient pas capitulé en Espagne contre le fascisme international et Franco affirmaient leurs idéaux et leur dignité même dans les pires conditions, prélude à d’autres combats dans la Résistance en France à l’occupant nazi.

Véronique Moulinié nous présentait ensuite dans l’après-midi un documentaire dont elle est co-auteur :« Mémoires de la Retirada ». Un documentaire qui, à travers témoignages et entretiens, soulignait la responsabilité des descendants, enfants ou petits-enfants, porteurs d’’une mémoire héritée de leurs parents républicains espagnols. Une mémoire qu’’ils ont su conserver et faire vivre d’’une manière diverse et plurielle à travers leurs associations mémorielles.

 

 

 

Laisser un commentaire