FRANCO MORT RESTE UN OS POUR L’’ESPAGNE

Franco sera exhumé

Depuis son décès, Franco, dictateur sanguinaire, repose dans le mausolée qu’’il a fait construire par des milliers de prisonniers politiques réduits en esclavage. Le premier ministre espagnol a annoncé la prochaine exhumation de sa dépouille. Les descendants du tyran ont exprimé leur opposition à ce transfert.

Franco, ce monstre.

Franco fut un petit bonhomme replet, sans génie, mais doté d’’un égo surdimensionné. Il fut le produit monstrueux d’’une éducation religieuse et bourgeoise dévoyée, d’’une pensée archaïque, dans une sous-société saumâtre. Il est difficile d’être modeste en toutes choses. Franco ne l’était que pour ses capacités intellectuelles. Pour le malheur des espagnols, leur modestie ne lui offrit pas la lucidité de sa fatuité. Il se crut investi d’une mission. Elle justifia sa cruauté, au Maroc d’’abord, puis en Espagne. Sa vanité occulta à ses yeux l’ignominie de ses crimes. L’’horreur de ceux-ci, en inspirant une crainte viscérale, renforçait son pouvoir lequel nourrissait son orgueil. Quant à lui, il souriait. Pour la gloire de lui-même et de l’église, il s’’adonna au cannibalisme de masse. Il vécut grassement du sang qu’il fit couler. Le festin était si copieux qu’il y invita ses proches, ses affidés, ses complices et idolâtres. Les criminels de masse sont-ils des monstres ? Seuls des hommes sont capables de tels massacres. Franco fut l’’un d’’eux, un homme monstrueux.

L’’immonde mausolée.

Estimant que sa gloire devait lui survivre, Franco fit bâtir par ses victimes, dont il a fait ses esclaves, un mausolée, pompeusement appelé “el valle de los caidos”. Cet ouvrage est à l’histoire de l’art, ce que le franquisme est à la pensée : une verrue purulente. Elle symbolise toute la finesse du régime, sa mesure, son sens des valeurs. Après 39 ans d’’un règne sanguinaire, Franco finit par mourir, aussi dignement du reste qu’il avait vécu. A son acharnement criminel succéda l’’acharnement de ses thérapeutes pour maintenir, des semaines durant, un souffle dans son corps moribond. Il fallait tenter, sinon de sauver Franco, du moins de sauvegarder le pouvoir des franquistes. De fait la mort du despote consacra son accomplissement : Il devint la pourriture qu’il n’avait cessé d’être. Revoir l’annonce de sa mort est euphorisant. « ¡ Franco ha muerto ! » Par ces mots, Arias Navarro a, à son corps défendant, apporté un apaisement à des dizaines de millions d’’espagnols que la nature soulageait du poids mortifère d’’un tyran. Plusieurs dizaines d’’années après la mort du dictateur, un guide facétieux du mausolée, lorsqu’il s’arrête au-dessus de la tombe du criminellissime, y signale pour les visiteurs, le passage des égouts.

L’’indispensable exhumation de Franco

Déplacer les restes du tyran d’un des lieux où reposent des milliers de victimes de ses crimes est une exigence morale élémentaire. Ce transfert est dû à leur mémoire. Laisser le dictateur reposer aux côtés de ceux dont il a provoqué la mort est une injure à leur endroit, une souillure qui ne peut décemment perdurer. L’’exhumation constituerait une marque, essentielle, bien que tardive, de respect pour les familles des victimes. C’’est également une nécessité démocratique. Le symbole del valle de los caidos est désastreux ; le plus élémentaire bon sens dans l’’édification d’’une nation, conduit à ne pas laisser penser que le crime y est récompensé. Or voici un mausolée édifié à la gloire de l’’un des plus grands criminels de l’’histoire du pays ! Les descendants de Franco ont exprimé leur refus de procéder à cette exhumation. Leur refus ajoute à ma satisfaction. L’’un des petits-fils du dictateur a précisé que sa famille n’avait toutefois pas l’intention de contester la mesure car “dépenser de l’argent contre un gouvernement est une perte de temps” (site « La Libre.be », article du 25 août 2018). Le prodigieux pactole amassé par le criminel, est entre des mains bien agrippées sur celui-ci. En somme, le festin barbare continue.

David LLAMAS

MER 47

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.