VOYAGE DE LA MEMOIRE HISTORIQUE : JACA

La historique à l’honneur sur les terres du Cercle Républicain de

  sur les terres du Cercle Républicain de Jaca ” Galan y Garcia” en compagnie de l’un de ses membres, Josechu DOMINGUEZ. Nous visitons l’ancien , qui garde les traces des massacres qui se sont abattus sur cette petite ville de garnison, ainsi que la cité des capitaines Angel GARCIA HERNANDEZ et Fermin GALAN RODRIGUEZ, morts d’avoir proclamé la république trop tôt. La leur rend désormais hommage.

Le cimetière et les traces de blessures profondes et cachées

 Une tombe nous conte l’histoire d’une jeune fille de seize ans abattue pour avoir participé aux fêtes du 1er mai. Elle a été fusillée avec une femme enceinte dont le seul crime a été de protester contre le meurtre de son mari. Une autre tombe, celle d’un jeune homme de vingt-trois ans. Une autre avec des photographies raconte l’histoire de treize otages fusillés contre le mur du cimetière.

Il y a l’horloger qui avait sauvé sa vie lors du soulèvement de 1930, mais dont le nom était en tête de la liste noire des gens à supprimer en 1936. Il y a les trois télégraphistes qui ont tardé à envoyer un ordre de détention à la frontière pour des gens en fuite. Beaucoup de tombes datent de 1936. Certaines ont une taille importante. Des fosses se devinent par des espaces plus ou moins circonscrits, certains ossements remontent à la surface quand la terre est travaillée d’un peu trop près. Des tombes plus récentes les recouvrent. On devine ici ou là un drapeau républicain, de récente facture.

Les morts républicaines de Jaca

 Il est poignant de se promener dans un cimetière ancien et de trouver çà et là des traces de la tragédie, les vies brisées gratuitement. 420 personnes ont perdu la vie à Jaca, victimes du soulèvement franquiste. 300 d’entre elles sont identifiées dans le cimetière.

Le cercle républicain a patiemment recensé les noms, âge et profession de ces personnes : on peut voir sur la liste des ouvriers, des bergers, des étudiants, des hommes, des femmes, des carabiniers aussi, des otages. Tous fusillés impitoyablement.

Un républicain témoigne de ces temps obscurs. La prochaine étape sera probablement d’ériger une dans ce lieu de mémoire pour situer officiellement l’emplacement des fosses avec le nom de chaque personne suppliciée.

 Un parcours républicain initiatique

 Nous avons ensuite marché sur les traces des capitaines Fermin GALAN et GARCIA HERNANDEZ, qui se sont soulevés le 12 décembre 1930, afin d’instaurer la république. Soulèvement prématuré qui est circonscrit en quelques heures, les deux officiers sont jugés et fusillés le jour suivant. Ils deviennent le symbole de cette république qui sera proclamée quatre mois plus tard.

Une charla pour parler de l’avancée des travaux de Mémoire

Dans l’après-midi une charla a réuni en plein centre de Jaca des membres de Terre de Mémoire(s) et de Luttes, de   47 et du Cercle Républicain de Jaca autour de leurs communs pour la mémoire.

Nous sommes tous tombés d’accord sur le fait que nous voulons la IIIème République et qu’il incombe au peuple espagnol de décider du régime dans lequel il souhaite vivre.

De même, le travail de mémoire a avancé de manière sensible depuis les années 2000, mais il reste encore beaucoup à faire, de l’ouverture de toutes les fosses communes en à la réhabilitation des qui pendant de longues décennies ont été traités en criminels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.