Voyage en Cantabrie – 4 – Visite du Mémorial de Camargo

Le 2 mai Visite à Camargo du Mémorial des victimes du Nazisme et du Fascime

Le jour de la fête commémorative du 2 de Mayo, soulèvement du peuple espagnol contre les troupes de Napoléon en 1808, nous nous sommes rendus à la mairie de Camargo où nous avons été reçus par le Maire dans la belle salle d’acte.

Le secrétaire de MER 47, David Llamas, en l’absence du président Miranda, a parlé de l’importance du travail de mémoire pour les survivants de cette période troublée de notre histoire, ainsi que pour leur descendance. David a parlé en particulier d’Isaac Casares et de Paul Limouzi qui se sont battus à leur époque pour la liberté.

De même, José-Luis Rubio, Président de MER Pau, a évoqué le fait que notre but n’était pas la vengeance, mais d’aller de l’avant en faisant un travail de récupération de la mémoire sur notre passé.

Le monument aux victimes du Nazi-fascisme

Figurent les noms des hommes morts dans les camps de concentration, dont Mauthausen, des combattants fusillés pour leurs idéaux, dont le guérillero Juanin.

Une grande stèle est spécialement dédiée aux femmes fusillées par les franquistes :

Stèle des 106 femmes victimes de la répression franquiste
Stèle des 106 femmes victimes de la répression franquiste

Mémorial des femmes victimes de la répression franquiste :

Mémorial en l'honneur des femmes républicaines victimes de la barbarie franquiste
Mémorial en l’honneur des femmes républicaines victimes de la barbarie franquiste

Un conseiller municipal de la mairie de Camargo a rendu hommage aux personnes qui se sont battues pour un avenir juste.

Liste de tous les articles de la catégorie :

Une réponse sur “Voyage en Cantabrie – 4 – Visite du Mémorial de Camargo”

  1. Me ha sorprendido dolorosamente que, a lo largo de la crónica de la visita a los diferentes monumentos, levantados en Cantabria a la memoria de los guerrilleros antifranquistas, no tenido ustedes NI UNA SOLA MENCIÓN, a quién fue artífice, alma y empeño, para la construcción de estos modestos, pero significativos lugares de historia.

    Me refiero al guerrillero Jesús de Cos Borbolla (comandante “Pablo”), fallecido en diciembre de 2012, quién junto con sus hermanos, se entregó a la tarea de inmortalizar la gesta silenciosa y silenciada, de la resistencia antifranquista en las montañas cántabras.

    La última disculpa que tal vez pudiera justificar esta omisión por parte de ustedes, al negar un reconocimiento a la labor de la familia De Cos, pudiera ser la ignorancia de las circunstancias que aquí les expongo, pero lo que sí que ya no tiene excusa alguna, es que ustedes no hayan respondido, ni con cortés acuse de recibo, a la sentida carta que sobre este aspecto, les dirigió recientemente su viuda Mari Sol González.

    No es la ingratitud la mejor moneda para reconocer tanto sacrificio, si no que más bien diría, constituye un terrible pecado de injusticia, y una muestra de menosprecio poco edificante.

    Quede aquí constancia de mi reproche.

    Floren Dimas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.